Alors que votre enfant était jusque-là tout tranquille et conciliant, le voilà qu’il se met à répondre “Non” à tout va et se met très en colère. 

“Tu peux mettre tes chaussures stp” “NON”

“Je vais changer ta couche” “NON”

“Tu as un yaourt à la fraise en dessert” “NON”

Non Non Non et re Non : Il n’a que ça à la bouche. Parfois même, “non” voudra dire “oui”. Même lui, le pauvre, il est perdu entre ce qu’il veut vraiment et son envie irrésistible de dire “non” à ses parents 🤦‍♀️

Mais que se passe-t-il ? 

C’est ok, tout va bien. Vous n’avez rien raté ou fait de travers. Il traverse simplement une période normale et indispensable dans le développement de l’enfant. Simplement me direz-vous ? Effectivement cette période n’a rien de simple mais elle est primordiale. 

Cette phase du “non” ou appelée “crise identitaire” lui permet d’affirmer sa personnalité et de commencer un processus d’autonomisation face à vous. L’enfant en grandissant se rend compte qu’il peut choisir, maîtriser et avoir un effet sur les évènements, les choix et les situations. 

Quel pouvoir il a ! Surtout quand on voit les réactions que ça génère chez les autres, un vrai plaisir. 

Mais quoi faire ? Ne pas céder ? Lui donner ce qu’il veut ? Négocier ? 

Cette phase est difficile mais pas insurmontable et voici quelques clés pour vous y aider : 

Votre enfant ne vous « teste » pas pour vous faire réagir mais pour expérimenter les limites de sa nouvelle autonomie. Lui offrir un cadre avec des repères et des règles simples et justes le sécurise.

– « C’est l’heure du bain.

– Non pas le bain, manger d’abord.

– Non c’est d’abord le bain et ensuite on passe à table 

NONNNNNN !!!

Et voilà de quoi lancer une belle tension. Est-il si primordial que le bain soit pris avant ? Le tout n’étant-il pas qu’il fasse les deux ? 

“Mais cette poupée est toute sale, n’aurait-elle pas besoin d’un bon bain ?” 

Cette période dure plus ou moins longtemps et sera plus ou moins intense en fonction du tempérament de votre enfant. 

Le maître mot : Patience même si ce n’est pas toujours simple après une journée de travail. Et quand c’est trop, on souffle ou on passe le relais si possible.

Chez certains enfants, cette période peut être très forte et déstabiliser complètement l’entourage et l’équilibre familial. 

Exprimer le besoin d’avoir du soutien ne signifie pas échouer. Cela signifie que vous êtes des parents à l’écoute et attentifs qui cherchent des billes supplémentaires pour accompagner votre enfant. 

Il en a de la chance ce petit d’avoir des parents si disponibles !  

Alors faites vous confiance, ça va bien se passer. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *